Preview – Hiver 2017

L’hiver est de retour, avec son froid et sans sa neige. Parce que, hé, on a beau dire mais dans le Nord ça fait bien longtemps que je n’ai pas vu de paysages blancs à mon réveil ! C’est bien dommage, surtout que le froid est bien là lui (enfin plus vraiment maintenant mais bon).
Cela n’arrête cependant pas le rythme, immuable et déchainé, des animes saisonniers. S’enchainant saisons après saisons, tel un cycle éternel, rien ne semble pouvoir les arrêter. Malheur à ceux qui ne sauraient suivre la tendance, leur sentence sera irrévocable, les condamnant à un retard irrattrapable.
Bref, je suis un peu largué par le rythme saisonnier maintenant mais ça va pas m’empêcher de vous livrer comme toujours une preview des animes de saisons. Avec ce que j’ai vu, ce que je n’ai pas regardé et un petit vrac des films/oav qui sortiront cette saison (mais qu’on n’aura pas avant six mois).Lire la suite »

Preview – Automne 2016

Et nous voilà reparti pour une nouvelle saison. Après un petit été, la dernière saison de l’année nous offre pas mal de bonnes choses. Et si j’ai eu un temps l’espoir d’en voir un maximum, la dure réalité de la vraie vie m’a rattrapé. Ah tristesse. Mais bon je devrais tout de même réussir à suivre la majorité des séries qui me plaisent donc ça va.
Et comme pour cet été, je vais d’abord parler des séries que j’ai vu, puis de ce que je regarde pas. Et enfin des oav/films/trucs divers qui sortiront cette saison même si osef car on pourra pas en voir le quart. Et je rappelle que cet article n’a pas pour but d’être exhaustif. Sur ce, allons-y !Lire la suite »

Tamako Love Story – Amour de mochi

Techniquement parlant, Kyoto AnimationKyoAni pour les intimes – n’a réalisé que deux séries qui lui sont 100% originales. Ces séries, ce sont Munto TV et Tamako Market. La première est la version tv d’oav réalisés par le même studio entre 2003 et 2005. Et ce juste avant K-on ! qui a eu le succès qu’on lui connait. La seconde, diffusée en hiver 2013, est une comédie mignonne et qui se retrouve casée entre le moyen Chuunibyou demo Koi ga Shitai! et le seul KyoAni post-2007 que je n’ai toujours pas vu, Free!.
Bref, Tamako Market sort dans une période où KyoAni est en mode « moe moe kyun kyun » depuis le succès fulgurant de K-on !. La série ne déroge d’ailleurs pas à cette réputation : Tamako est très similaire à Yui Hirasawa (tête en l’air, naïve et voix aïgue) et le ton de la série se veut lui aussi très bon enfant. Du coup, on pourrait facilement passer à coté de Tamako Market tant la série semble passable.
Ce serait le cas à deux choses près : la série est particulièrement bonne sur certains aspects et son film. Surtout le film même. (et on commence par un webm de Kanna. Parce qu’elle est top.)

Lire la suite »

Point Otaku #26 – Et si ?

Et si ? Avec des si, on mettrait Paris en bouteille. À trop conditionner, on est amené à se perdre dans le fantasme ou dans le regret. Dans la vie, les pensées comme « si j’avais fait ça… » ne servent à rien. Nous ne vivons qu’une fois et il faut alors profiter un maximum du temps à notre disposition pour ne rien regretter. Ou en tout cas le moins possible. Il en va de même avec les pensées trop rêveuses qui nous mèneraient à croire à l’impossible. Que ce soit par désespoir (« Si le prof n’est pas là, je peux m’en sortir pour ce devoir… ») ou au contraire par un espoir trop grand (« Si nous nous travaillons avec acharnement, je suis sûr qu’on peut transformer cette aiguille en fusée nucléaire ! »), ces pensées sont autant de parasites qu’il faut savoir maitriser. Cela nécessite de rester lucide quant à ses propres capacités. Sinon, on tombera facilement dans la rêverie de fantasmes passés comme futurs sans que cela ne change quoi que ce soit.

Mais ces belles paroles on s’en fout en fait. Parce qu’aujourd’hui on va parler d’animes qui auraient été « mieux » réalisés par un autre studio. Abandonnons-nous donc quelques instants à nos fantasmes !Lire la suite »

Bilan – Hiver 2016

L’année 2016 commence d’une bien belle manière. La majeure partie des séries que j’aurais suivi cette saison sont de qualité. Quant aux autres, elles ont eu la malchance de cette concurrence justement féroce. Que ce soit avec Haruchika ou Divine Gate, ils sont plusieurs à avoir été stoppé par manque de temps. Mais assez peu de séries ont été arrêtées pour leur manque cruel de qualité.

Concernant les « heureux élus » que j’aurais suivi tout le long de cette saison, on va du moyen à l’excellent, en passant par du sur-estimé au sous-estimé. Ce bilan, c’est aussi l’occasion pour moi de rectifier certains avis à coté de la plaque. De cette saison, j’aurais en tout cas beaucoup appris. Il est à présent temps de partager ces enseignements. Mais surtout de voir ce dont fut garni notre hiver !Lire la suite »

Point Otaku #25 -Ces originaux

Il arrive fréquemment qu’un anime serve en réalité à vendre un autre produit (manga, jeux…). Cet hiver, Dimension W ou Grimgar n’existent que dans ce but, qu’importe leur qualité. Leur formule est simple et particulièrement efficace. En 12 ou 13 épisodes, ce genre de série avance suffisamment pour faire découvrir son univers au spectateur ainsi que le gros de l’intrigue. Et inversement, elle laissera le spectateur sur sa faim, poussant ce dernier à vouloir acheter le manga/light novel/visual novel d’origine1. Malgré tout, certaines adaptations ne se contentent pas de cette formule. Toujours cet hiver, le studio Shuka termine d’adapter l’excellent Durarara en anime. Une adaptation qui racontera donc l’intégralité du light novel d’origine, pour notre plus grande joie.

Et de ce qu’il reste chaque saison, ce sont donc les animes « originaux ». Ils n’adaptent rien, sont créés à 100% en tant qu’anime et sont le coeur d’oeuvre des plus grands (Shinichiro Watanabe, Hiroyuki Imaishi, Makoto Shinkai et j’en passe). Ainsi libre de toute dimension publicitaire, elles connaissent moins de contraintes et évitent d’avoir à saboter leur narration ou d’autres éléments pour convenir à un rôle publicitaire. Ainsi, la créativité d’un réalisateur ou d’un studio peut s’exprimer bien plus aisément. Attention, cela ne signifie pas que tous les animes originaux sont des bijoux de créativité, juste que c’est parmi eux que peuvent se cacher les plus belles perles de la japanim.Lire la suite »

Preview – Hiver 2016

Nouvelle année, nouvelle saison, nouveaux animes. On est encore une fois parti pour une nouvelle saison avec de nombreux animes. Il est donc temps de refaire une preview de saison avec pas moins de 29 premiers épisodes (!!) vus. Et pour mieux s’y retrouver, j’ai divisé le tout en plusieurs catégories1, à savoir : Suite, Originaux, Adaptations et Short. Et évidemment, un lien vers le diffuseur français sera fourni.Lire la suite »

Point Otaku #21 – Incroyable quotidien

Fin septembre sortait un premier dossier sur le blog. Portant sur les tranches de vie, j’ai tenté de définir de la meilleure manière ce genre fort connu. Enfin, il fut question des caractéristiques en terme de réalisation et d’écriture du genre. Loin d’être ennuyeux ou de posséder une réalisation au rabais, le tranche de vie est un genre tout à fait respectable. Il bénéficie souvent d’un important travail au niveau de l’ambiance et de sa narration.

Cependant, j’ai déjà parlé de tout cela dans le dossier cité plus haut. Ainsi, nous allons cette fois simplement parler des tranches de vie dans leur plus simple appareil : eux-mêmes. Que ce soit pour une animation exceptionnelle ou une écriture de grande volée, chaque série aura quelque chose de sublime !Lire la suite »

Dossier : Les tranches de vie – Chiant, le quotidien ?

La japanimation et le manga sont, à l’image du cinéma ou de la littérature, ponctués de multiples genres. Si certains sont universels (action, thriller…), d’autres sont davantage propres à nos médias nippon. En tête de liste, vous trouverez les genres harem et tranche de vie. Mais seul le second va nous intéresser pour la durée de cet article.

Avant toute chose, il faut noter que le genre « tranche de vie » peut être accolé à un peu tout et n’importe quoi. Comprenez plutôt qu’il est assez varié. Chose normale quand on sait que les caractéristiques du genre ne requièrent pas d’être développées dans un univers précis, contrairement au space opéra qui doit nécessairement prendre place dans l’espace… De la comédie pure (Working!!) au drame (Clannad) en passant par le moe (Kiniro Mosaic) et par le shonen (GTO), le genre n’a pas à prouver sa variété. Cela engendre également son principal défaut : être varié au point de ne plus savoir réellement ce qu’il est. Par rapport à une série d’action qui tourne toujours avec des idées similaires, le tranche de vie peut désigner une comédie moe comme un drame. Dur de se lancer aveuglement dans ce genre, vous pouvez autant tomber sur une comédie-hamrem à la Nisekoi comme sur un drame romantique à la A Silent Voice. Ou alors il faut aimer la loterie.
1 - ALire la suite »