Point Otaku 27 – Gaeko’s Bizarre Rewind

L’année dernière, dans le Point Otaku 23, je faisais brièvement un bilant de cette chronique/série d’article/appelez ça comme vous le voulez. J’étais assez content de moi et comme le format avait grandement évolué (du moins sur le fond), j’avais hâte d’être en 2016 pour repartir de plus belle. AH. Quelle naïveté. La vie n’est pas un long fleuve tranquille n’est-ce pas ?
Le bilan de 2016, il est un peu décevant par rapport à 2015 quand même. Des PO, j’en aurais sorti seulement quatre (en comptant celui-ci) par rapport aux huit l’an passé. Et le dernier sorti date de…mai, il y a donc plus de six mois. Bon, il faut savoir qu’à la base ma formidable liste de 114 waifus (paye ton harem) devait être un PO. M’enfin je regrette pas, c’était marrant et j’ai pu écrire un énorme pavé sur Chiya alors que c’était pas gagné.
Tout cela pour nous amener à ce Point Otaku final de l’année 2016. Et comme l’an passé, je vais revenir sur les différentes œuvres qui m’auront le plus marqué au cours de cette année.Lire la suite »

Point Otaku #26 – Et si ?

Et si ? Avec des si, on mettrait Paris en bouteille. À trop conditionner, on est amené à se perdre dans le fantasme ou dans le regret. Dans la vie, les pensées comme « si j’avais fait ça… » ne servent à rien. Nous ne vivons qu’une fois et il faut alors profiter un maximum du temps à notre disposition pour ne rien regretter. Ou en tout cas le moins possible. Il en va de même avec les pensées trop rêveuses qui nous mèneraient à croire à l’impossible. Que ce soit par désespoir (« Si le prof n’est pas là, je peux m’en sortir pour ce devoir… ») ou au contraire par un espoir trop grand (« Si nous nous travaillons avec acharnement, je suis sûr qu’on peut transformer cette aiguille en fusée nucléaire ! »), ces pensées sont autant de parasites qu’il faut savoir maitriser. Cela nécessite de rester lucide quant à ses propres capacités. Sinon, on tombera facilement dans la rêverie de fantasmes passés comme futurs sans que cela ne change quoi que ce soit.

Mais ces belles paroles on s’en fout en fait. Parce qu’aujourd’hui on va parler d’animes qui auraient été « mieux » réalisés par un autre studio. Abandonnons-nous donc quelques instants à nos fantasmes !Lire la suite »

Point Otaku #25 -Ces originaux

Il arrive fréquemment qu’un anime serve en réalité à vendre un autre produit (manga, jeux…). Cet hiver, Dimension W ou Grimgar n’existent que dans ce but, qu’importe leur qualité. Leur formule est simple et particulièrement efficace. En 12 ou 13 épisodes, ce genre de série avance suffisamment pour faire découvrir son univers au spectateur ainsi que le gros de l’intrigue. Et inversement, elle laissera le spectateur sur sa faim, poussant ce dernier à vouloir acheter le manga/light novel/visual novel d’origine1. Malgré tout, certaines adaptations ne se contentent pas de cette formule. Toujours cet hiver, le studio Shuka termine d’adapter l’excellent Durarara en anime. Une adaptation qui racontera donc l’intégralité du light novel d’origine, pour notre plus grande joie.

Et de ce qu’il reste chaque saison, ce sont donc les animes « originaux ». Ils n’adaptent rien, sont créés à 100% en tant qu’anime et sont le coeur d’oeuvre des plus grands (Shinichiro Watanabe, Hiroyuki Imaishi, Makoto Shinkai et j’en passe). Ainsi libre de toute dimension publicitaire, elles connaissent moins de contraintes et évitent d’avoir à saboter leur narration ou d’autres éléments pour convenir à un rôle publicitaire. Ainsi, la créativité d’un réalisateur ou d’un studio peut s’exprimer bien plus aisément. Attention, cela ne signifie pas que tous les animes originaux sont des bijoux de créativité, juste que c’est parmi eux que peuvent se cacher les plus belles perles de la japanim.Lire la suite »

Point Otaku #24 – Ils le méritent

En fin d’année sortaient les Gaek’Oscars, un incroyable et formidable article dont les résultats sont attendus dans le monde entier et sponsorisé par les plus grands acteurs du marché de la japanim. Presque. Ce fut alors l’occasion de revenir sur l’année 2015 et de récompenser les séries qui – selon moi – étaient les meilleures où avaient du mérite dans diverses catégories. Ce genre d’article impose alors des choix difficiles, m’obligeant à désigner arbitrairement un seul et unique gagnant. C’est une tâche âpre et complexe, amenant toujours à des décisions douloureuses. Cela donne également lieu à des injustices, certaines séries étant de nombreuses fois nominées ou fortement méritantes mais – faute de chances – sont effacées par meilleures qu’elles.

C’est pour réparer ces profonds drames que ce Point Otaku existe. Dans cette 24ème édition, il sera donc question de ces animes de l’ombre, oubliées le temps des Gaek’Oscars. Ils ont été à maintes reprises nominés mais n’ont reçu aucune récompense ou ont simplement été éclipsés. Ce seront donc ces malheureux qui seront à l’honneur ici. Pour saluer les performances et qualité de ces oeuvres qui le méritent !Lire la suite »

Point Otaku #23 – Formidable année

Et nous voici pour le dernier Point Otaku de l’année 2015. Bilan ? Huit éditions, 36 séries, 15 052 mots, 94 041 caractères, ça en fait des chiffres incroyables. L’année fut longue et nous voilà (déjà ?) venu le dernier Point Otaku de 2015. Une année qui l’aura vu évoluée presqu’autant qu’en 2014. S’émancipant de la simple volonté de faire découvrir des séries, il me permet désormais de vous parler de certaines notions ou thèmes de la japanimation et du manga. Tout en restant simple.
Clôturons donc cette année par une édition dans la plus pure des traditions. Cinq séries, aucun thème, simplement l’envie de partager. Et à l’approche de Noël, j’avais envie de vous faire cadeau de cinq formidables séries. Pour clore cette année 2015 de la meilleure manière !Lire la suite »

Point Otaku #22 – Space Pumpkin

La fête d’Halloween – qui signifie littéralement « le soir de tous les saints » (All Hallows Eve) – est à l’origine une fête celte au doux nom de Samain. C’était une période de sept jours (trois jours avant et après celui de Samain) durant laquelle les celtes célébraient à la fois l’année qui se terminait et celle qui allait commencer. Considérée comme hors du temps, la nuit du Samain était pour eux l’occasion de communiquer avec les démons et autres dieux où leurs deux mondes s’entremêlent (un peu comme dans Kyoukai no Kanata mais en mieux). C’est au VIIIème siècle, sous les papes Grégoire III et IV, que la fête sera intégrée par syncrétisme au Christianisme avec l’introduction de la Toussaint le 1er Novembre. La croyance voulait alors que les âmes des défunts reviennent en notre monde la veille. On leur laissait donc une buche dans le feu et de la nourriture afin qu’ils se posent bien. Et c’est dorénavant une fête marketing qui prend très mal en France, malheureusement pour nos chers commerçants !
Mais sur internet, on aime bien s’amuser. Et pour l’occasion, amusons-nous avec cette thématique fort joyeuse – ou presque – avec ce Point Otaku orienté Halloween. Frissons, sorcières et citrouilles seront au programme de cette 22ème édition !Lire la suite »

Point Otaku #21 – Incroyable quotidien

Fin septembre sortait un premier dossier sur le blog. Portant sur les tranches de vie, j’ai tenté de définir de la meilleure manière ce genre fort connu. Enfin, il fut question des caractéristiques en terme de réalisation et d’écriture du genre. Loin d’être ennuyeux ou de posséder une réalisation au rabais, le tranche de vie est un genre tout à fait respectable. Il bénéficie souvent d’un important travail au niveau de l’ambiance et de sa narration.

Cependant, j’ai déjà parlé de tout cela dans le dossier cité plus haut. Ainsi, nous allons cette fois simplement parler des tranches de vie dans leur plus simple appareil : eux-mêmes. Que ce soit pour une animation exceptionnelle ou une écriture de grande volée, chaque série aura quelque chose de sublime !Lire la suite »

Point Otaku #20 – Cet anime percera les cieux !

Il est coutume ici de consacrer un Point Otaku entier à une oeuvre quand une dizaine est atteinte. Ce fut le cas avec le Point Otaku #10 et ça le sera encore pour cette vingtième édition. Evidemment, l’occasion étant spéciale il faut choisir une oeuvre à l’hauteur de l’évènement. Quelque chose qui ne peut laisser indifférent quiconque y sera confronté. Un anime tellement puissant qu’il reste toujours une oeuvre culte, continuant de faire frémir anciens et nouveaux fans.
Cet anime formidable répond au nom de Tengen Toppa Gurren Lagann. Et huit ans après, il n’a pas pris une ride. Il a tout pour lui, un réalisateur de talent, un excellent style, une soundtrack aux petits oignons, une histoire mythique et des personnages extraordinaires. Il est clairement l’une des meilleurs réalisations de tous les temps, autant en terme d’esthétique que de pur divertissement.
Si vous ne connaissez pas la série, vous voilà désormais prévenus : c’est d’un chef d’oeuvre intergalactique dont on va parler. Mais comme il est inutile de glorifier une oeuvre sans fondements, préparez-vous à voir ce qui fait – en partie – de Tengen Toppa Gurren Lagann un anime aussi incroyable !Lire la suite »

Point Otaku #19 – Pause estivale

C’est l’été. Et en été il fait CHAUD(1). Et pour remédier à cela, il vous faut une boisson fraiche (milk-shake au chocolat de préférence), un ventilateur et surtout des animes. Il est donc temps de voir, après en avoir passé en revue 26, quels animes de cette saison vous feront passer un été des plus agréables. Des séries sans prise de tête et de très bonne qualité avec en bonus un excellent manga sont au menu de ce Point Otaku !Lire la suite »

Point Otaku #18 – Ces oeuvres de l’ombre

Qu’est-ce qu’une note ? Un chiffre, un simple numéro qui sera attribué à une oeuvre dans le but de déterminer sa qualité. De ce qu’elle vaut. Mais est-ce qu’un glacial petit chiffre peut réellement révéler ce que vaut une oeuvre ?
Selon moi non. Certes, elle peut accélérer des recherches et aider à se faire une idée rapide de ce que vaut une oeuvre mais n’est en aucun cas parlant. Ainsi, certaines oeuvres seront injustement délaissées ou ignorées car leur note n’est pas assez haute. Pire, des oeuvres mauvaises pourraient avoir une note supérieure, donnant l’illusion d’être meilleurs.
Et c’est là que ce Point Otaku intervient. Cette fois-ci, nous parlerons de ces séries qui peuvent être/qui sont sous-estimées. Pour ce faire, j’ai sélectionné cinq séries, ayant une note inférieure à 8 sur MyAnimeList et qui sont pourtant de qualité !Lire la suite »