Point Otaku #19 – Pause estivale

C’est l’été. Et en été il fait CHAUD(1). Et pour remédier à cela, il vous faut une boisson fraiche (milk-shake au chocolat de préférence), un ventilateur et surtout des animes. Il est donc temps de voir, après en avoir passé en revue 26, quels animes de cette saison vous feront passer un été des plus agréables. Des séries sans prise de tête et de très bonne qualité avec en bonus un excellent manga sont au menu de ce Point Otaku !

Illustration – Durarara x2 Ten
Cet été, Durarara est reparti pour une nouvelle saison, nommée Ten, et qui correspond à la seconde partie de sa saison 2 sur les trois programmées pour cette année. Et la série continue sur ses bases toujours aussi excellentes. L’animation reste aussi fluide qu’à son habitude tandis que les décors et l’esthétisme globale sont à l’excellence habituelle de la série. L’ambiance urbaine est omniprésente aidée par l’usage de multiplies décors, accentuant au passage la sensation d’être dans une ville immense tandis que les personnages y évoluent sans problèmes. Le choix des couleurs est lui aussi très bon car pertinent avec ses teintes foncées et jamais brillantes, harmonisant au mieux personnages et décors.
Et au niveau de l’histoire c’est là aussi excellent. Pour les 4 premiers épisodes, on s’est intéressé à de multiples personnages en restant dans la continuité de Shou (Ten se déroule le lendemain). Ainsi, la série nous fera découvrir d’autres facettes de certains personnages, voir ce que sont devenus certains et nous mettre au courant des conséquences de Shou sur d’autres personnages-clés. Je le répète encore, Durarara x2 Ten est une valeur sûre pour cette saison et sans aucun doute l’un des meilleurs de cet été !
Plus d’illustrations ici

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Soundtrack – Gate (opening)
Gate est une semi-surprise pour cette saison. Orchestré par A-1 Pictures (qui réalise encore le terriblement mauvais Denpa Kyoushi), l’anime ne partait pas gagnant avec un plot de base rappelant un peu trop le très sympathique Outbreak Company. Et pourtant, la série a su convaincre. Pas (encore ?) entièrement mais elle a le mérite d’être au moins très agréable à visionner.

L’un de ses premiers atouts étant son opening, de très bonne qualité. Rappelant fortement celui de High School of the Dead (tous deux joués par le même groupe), il est tout aussi appréciable musicalement que visuellement. Sa qualité principale étant de présenter intelligemment chaque personnage, évitant la facile succession de plans fixes ou animés illustrant le caractère de chacun. À ajouter un astucieux effet signifiant bien la frontière fragile entre les deux mondes de la série.
L’anime possède également d’autres arguments à faire valoir. Ses personnages sont variés et une bonne majorité très sympathique. L’histoire commence à peine à réellement débuter mais c’est un mal pour un bien, Gate ayant avant tout pris le temps de présenter comme il se doit les personnages mais surtout le monde qu’ils découvrent. On évite également des présentations narrées, insupportables par leur facilité, et privilégie ainsi l’immersion autant des personnages que le spectateur dans la découverte et la compréhension de cette dimension nouvelle. La narration réussit aussi une prouesse très appréciable en mêlant avec efficacité un ton léger et un ton grave. La série ne manque pas d’humour mais l’histoire conserve un fond de réalisme (notamment sur le traitement à apporter aux réfugiés et les conséquences de la venue japonaise) qui devrait élever à l’avenir le scénario. D’autres petites touches sont très appréciables, comme l’appellation « les hommes en vert » donnée par les habitants de la nouvelle dimension aux japonais de l’armée qui rappelle l’idée des aliens comme de petits hommes verts. Si ce monde et ses habitants sont inconnus pour les japonais, l’inverse est donc totalement vrai et l’anime ne l’oublie pas.
Reste à voir où ira Gate, si l’oeuvre saura s’élever et se rendre réellement interessante. Et c’est en tout cas tout ce que je lui souhaite.

Personnage – Inami/Takanashi//Souta/Yachiyo (Working!!!)
Le plus gros défaut de la série des Working ! était certainement la lenteur des évolutions entre chacun de ses personnages. Les relations existaient et si chaque saison apportait une petite avancée, il n’y avait jamais de réelles évolutions. Et c’est là que la saison trois de cette excellente comédie réussit quelque chose d’incroyable. En cinq épisodes, les relations ont ainsi beaucoup plus évolué qu’en deux saisons entières. Et c’est une très bonne chose car conserver un statu-quo durant trois saisons commençait à devenir légèrement énervant. Ce soucis est donc largement résolu ici avec des évolutions notables, la plus appréciable étant le fait qu’Inami ne frappe plus les hommes.
Et Working !!! réussit cela sans même perdre en humour. La comédie est toujours omniprésente dans la série et sait se joindre à l’avancement de l’histoire. Yamada est toujours aussi Yamadisante tandis que Popura est toujours plus petite. Comme toujours, Working !!! joue sur des codes et des running gags déjà connus mais les reprend et les ré-interprète de multiples manières. Cette troisième saison semble être celle de la maturité, celle où humour et histoire de ne se chamailleront plus et évolueront ensemble. Ce qui promet d’être génial !
20140810_working02

Manga – A Silent Voice
À quoi sert le dessin dans un manga ? À communiquer avec son lecteur, à lui faire ressenti des sensations et autres émotions. Et A Silent Voice est une oeuvre qui utilise au mieux les moyens de communication par le dessin. Les expressions des personnages sont toujours bien choisies, claires et lisibles. Et dans ce manga, cette qualité est un point capital. La communication entre les différents personnages étant un élément clé, il est nécessaire de bien retranscrire chacune de leurs émotions sur leur visage et leur corps. C’est d’autant plus essentiel que Shouko, la protagoniste malentendante, ne s’exprime presque jamais. La clarté de ses expressions étant donc le seul élément pour que le lecteur puisse comprendre ses émotions. Et si beaucoup parle du manga pour son formidable propos autour du handicap, il y a d’autres merveilleuses choses dans A Silent Voice. En thème principal, on trouve donc la communication qui, si évidence il y a par rapport à Shouko, concerne tout autant celle du second protagoniste principal (Shouya) ou d’autres personnages. Également, des questions sur le fondement de l’amitié et sa nature seront de la partie.
Pour en revenir au dessin, il est sublime en étant un réel moyen de communication avec le lecteur, chose pas toujours très présente dans d’autres oeuvres. Mais sa qualité esthétique n’est pas en reste, avec notamment des décors tout simplement splendides, fourmillant de détails. Par ailleurs, la qualité des expressions permet aussi d’alléger les cases. Il est en effet assez commun de croiser des pages ne comportant presque aucune bulles, tout passant au travers des expressions, dégageant ainsi de la place pour les décors et autres détails.
Inutile d’épiloguer davantage, le dessin de A Silent Voice contient beaucoup trop d’éléments positifs pour tout dire ici. Et il en contient tellement d’autres. L’histoire fait preuve d’une maitrise exceptionnelle. Chaque chapitre sert à faire évoluer l’intrigue, qui fut d’ailleurs parfaitement introduite au cours des premiers chapitres. Les personnages sont excellents, le caractère de chacun n’étant jamais à une facette unique (notamment Naoka). Les dialogues possèdent eux aussi un qualité d’écriture très appréciable, les rendant simples et évitant souvent le monologue inutile voire stupide. A Silent Voice est, pour résumer, un manga qui promet de devenir un formidable chef d’oeuvre tant il brille dans chaque domaine. C’est une histoire lourde de réalisme à la narration idéalement légère et au dessin magnifique qui vous attend avec cette formidable oeuvre.
1422130804

Anime – Non Non Biyori Repeat
La formidable série de vie quotidienne revient cet été pour une seconde saison. Tel un reboot, la série repart en arrière en racontant simplement d’autres évènements se déroulant lors de la même année que celle de la première saison. Et reprends donc les ingrédients de la première saison qui en font l’une des meilleurs comédies de vie quotidienne de toute la japanimation. Pur anime à savourer l’été, la série nous fait encore et toujours suivre le quotidien de son quatuor principal (se concentrant de temps à autre sur un ou deux personnages simplement) qui, malgré l’apparente banalité de leur vie, vont nous combler de divertissement. Avec Non Non Biyori Repeat, l’ennuie n’existe tout simplement pas. La narration semble souvent lente mais aide au contraire à ressentir l’ambiance campagnarde et calme qui règne dans l’oeuvre. La soundtrack aide énormément à cette tache, certes en reprenant les thèmes de la première saison, mais quels thèmes !
L’autre point fort de l’anime se situe dans ses décors. Ils sont splendides. Détaillés au possible, ils régalent à chaque instant nos yeux par leur beauté. On retrouve facilement des lieux familiers mais vus sous d’autres angles. Les décors nous plongent réellement dans une ambiance campagnarde et la calme qui l’accompagne. L’anime devient ainsi une oeuvre parfaite pour se détendre et se dépayser un peu. L’oeuvre n’est pas en reste au niveau de son écriture et de sa narration. Ses personnages ont chacun leur propre caractère et surtout un comportement qui est adapté à leur âge. C’est d’ailleurs pour cela que Renge s’amuse énormément en jouant avec des règles ou que Hotaru panique dès qu’elle se retrouve en mauvaise posture. Enfin, la narration de chaque épisode est idéale. Rien ne va trop vite et pourtant il semble toujours se passer beaucoup de choses. En général, chaque épisode se découpe en deux ou trois parties se suivant de manière très fluide. On n’est jamais dans la surenchère ou dans le forcé, tout vient au bon moment et permet de rendre le tout calme et frais à suivre.
À la manière de son prédécesseur, Non Non Biyori Repeat est toujours un anime à l’ambiance et aux décors incroyables et à l’humour ravageur. En somme, une série toujours aussi excellente et surtout idéale pour se détendre pendant l’été !
39183583

Licences :
Durarara x2 Ten sur Wakanim
Gate sur Wakanim
A Silent Voice à un excellent prix chez Ki-Oon
Non Non Biyori Repeat sur Crunchyroll


  1. Sources multiples, composées de Météo France, du Monde et du Gorafi 
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s