Critique : Watamote – Un anime (trop) différent

Les anime sont multiples. Il y a de tout. Ainsi, vouloir les classer par genres (tranche de vie, comédie, drame, shonen…) est certes nécessaire mais manque de fondement. Deux shonen ne se ressembleront sur presque aucun point par exemple. Pourquoi je vous en parle ? Parce que Watashi ga Motenai no wa Dou Kangaetemo Omaera ga Warui (ou Watamote) – l’anime dont je vais vous parler – est l’exemple même de ce classement inexpressif. Parce que Watamote est classé comme tranche de vie. Alors qu’il est l’anti-tranche de vie même.

Watamote est donc un anime décrit comme une tranche de vie, mais vous verrez au long de la critique qu’il n’en est pas réellement un. Ou plutôt qu’il ne s’assume pas comme tel…

Synopsis :

Grande passionnée des otome game, Tomoko a passé tout son temps libre au collège à  conquérir le cœur des différents personnages dans ses jeux au lieu de développer un minimum sa vie sociale. Étrangement, elle reste toutefois très optimiste quand à l’avenir et est persuadée que sa côte auprès de la gente masculine va monter en flèche quand elle sera au lycée. Malheureusement, une fois cette étape atteinte, rien ne change dans sa vie et Tomoko se retrouve de nouveau isolée. Elle va alors essayer différentes techniques pour améliorer sa popularité  avec plus ou moins de succès.

(Source : Syaoran (Animéka) – Non licencié en France)

  1. L’anime est une sacré parodie des tranches de vie et joue pas mal là-dessus
  2. Personnage principal assez spécial, pas nécessairement intéressant mais
  3. Animation jouant sur les couleurs et quelques “effets” (cubisme quand elle est brisée, grise…)
  4. Vision d’une fille asociale présentée assez particulièrement
  5. Très dur à regarder tout de même car histoire assez lente, ne se passe pas grand-chose, pas agréable à regarder (que ce soit l’OST, le chara-design de l’héroïne et l’ambiance)

Une franche parodie des tranches de vie classiques

L’anime parodie de manière assez subtile le genre des tranche de vie, genre auquel Watamote se rapproche le plus assez ironiquement. Ce n’est peut-être pas son but premier – qui est de montrer les péripéties d’une fille asociale souhaitant se faire des amis – mais c’est tout de même une facette assez présente.

Déjà, contrairement à un anime classique où le chara-design attribue à son “héros” un physique sympathique si ce n’est valorisant, Watamote a décidé de prendre une fille pas nécessairement moche (cf épisode 6) mais qui est loin de posséder des atouts classiques, et pire, possède des défauts physiques à cause de son mode de vie. Même si son frère a inexplicablement les mêmes cernes qu’elle. Mais cela suffit déjà à faire un énorme fuck à nos classiques. Il suffit de comparer avec Oreshura (que je visionnais en même temps) qui est une tranche de vie niaise au possible remplie d’héroïnes extrêmement mignonnes.

Ce premier contrepied n’est là que pour nous avertir, car là où l’anime joue beaucoup sur la parodie, c’est en maniant ironie et médiocrité avec une brillante subtilité. De nombreuses scènes qui appartiennent pourtant à des situations classiques dans ce genre partaient totalement à l’opposé de ce qu’on aurait pu en attendre. En témoigne l’épisode 2 où la “rencontre miraculeuse” des tranches de vie classiques pouvait arriver. Lorsque Tomoko fut seul avec ce garçon, on pouvait honnêtement espérer à une véritable amitié naissante. Mais il n’en fut rien. Et on ne vit plus jamais ce garçon de tout l’anime.

En usant de références, Watamote se permet de pousser le bouchon encore plus loin. Outre les références au style même de tranche de vie, comme son placement au fond de la classe à côté de la fenêtre (comme dans chaque tranche de vie en effet), ce sont des références à d’autres tranches de vie qui sont faites. L’anime ne se prive et enchaina même deux références à  la Brigade SOS (Suzumiya Haruhi no Yuuutsu/La Mélancolie D’Haruhi Suzumiya) et au Club des Voisins (Haganai). Références assez bien trouvées puisqu’elles démontrent à quel point Tomoko est à des années-lumière des héros de ces anime, qui pourtant étaient eux aussi asociaux. Et pourtant ils se font des amis, contrairement à Tomoko…

Certes Watamote ne prétend pas parodier les tranches de vie, mais afin d’accentuer un maximum la médiocrité de son personnage ainsi que son coté asocial ce choix n’est d’autant plus que logique.

Un personnage principal déroutant

L’histoire complète de Watamote est centrée autour de son personnage et (presque) unique personnage. Pour le présenter assez sobrement, c’est une fille tout juste lycéenne répondant au nom de Tamako. Ce personnage pourrait être comme tout personnage de tranche de vie et vivre le schéma assez classique qui lui est réservé : rencontre d’une personne, relation amicale puis péripétie géniale aboutissant sur une vie totalement changée, mêlant émotions et sentiments au travers de ces changements. Sauf qu’il n’en est rien.

Ici déjà, nous avons un personnage principal dont le physique va à l’opposé même du classique habituel. Il suffit de faire une comparaison avec de grands classiques, comme Clannad. Mais le physique de l’héroïne est tellement anéanti pour ne pas être attachant que cela en devient dérangeant à force. J’accorde toujours une grande importance au chara-design des personnages dans un anime, et j’ai eu à plusieurs reprises du mal à continuer le visionnage de l’œuvre à cause dudit chara design. Je sais qu’il était justifié par l’histoire, mais pour moi cela n’excuse pas le fait qu’il soit si dérangeant. Rajoutez-y le premier épisode qui ne nous donne vraiment pas envie de continuer à le regarder… Je peux mettre Oregairu en exemple d’anime avec un personnage asocial – le héros principal encore une fois – et dont le physique n’est pas avantageux. Mais son physique n’en devient pas pour autant dérangeant.

Et comme cette petite Tamako n’est déjà pas très bien servi niveau physique, il faut qu’en plus de cela elle soit timide et asociale. Y a-t-il cependant quelque chose à cela ? Fera-t-elle quelque chose contre cela ? Et bien… Non. Enfin, ce n’est pas vraiment elle qui ne fera rien pour arranger son problème de timidité mais c’est surtout l’anime qui ne prendra pas le temps de traiter cela même le temps d’un seul épisode. Dommage ? Oui ça l’est, parce que c’est un thème que je juge essentiel à aborder. Et donc l’avoir purement ignoré est assez décevant…

Mais le plus triste avec cette timidité c’est que Tamako n’est pas dépourvue d’une personnalité propre. Je ne veux pas rentrer dans la moralisation uniquement destinée à un personnage fictif, mais il faut simplement savoir que Tamako n’est pas un personnage stupide et timide sans intérêt. Au contraire d’ailleurs. Je traiterais plus tard de sa conquête sociale, mais rien que pour certains passages concernant les manga (ok ce sont des BL) ou encore les duels de cartes, cela prouve bien que Tamako a une personnalité propre, que cependant elle ne semble pas assumer, ou plutôt exploitée. C’est triste pour elle, donnant un côté assez mélancolique à son personnage. Voire légèrement profond…

Une animation astucieuse

Watamote se démarque par contre dans une animation assez bien réfléchie, mêlant classique et effets de style. Sans être exceptionnelle, elle permet de donner un petit style à l’anime lui permettant de se démarquer assez radicalement des autres animes.

Par exemple, il est habituel pour les anime de mettre le personnage principal en couleur parmi une foule grise, permettant ainsi de le mettre en évidence. Mais dans Watamote c’est totalement qui y est fait. Ainsi, Tamako est colorée d’un gris triste dans bon nombre de scènes. L’intérêt ? Il est simple. Première, cela permet de montrer qu’elle se fond totalement dans la masse, ce qui est un comble vu que son but était de se démarquer pour devenir populaire. Et c’est là que vient  le second intérêt, c’est-à-dire accentuer le fait que quand elle essaye de devenir populaire. Elle ne réussit pas et se fond, au contraire, bien plus dans la foule. Et donc, ce gris est astucieusement utilisé pour ironiser ces situations gênantes pour Tamako, qui se fond tristement dans cette foule de personnes grises.

Un autre moyen utilisé afin d’accentuer ces moments de profonde gêne, c’est le cubisme (style Picasso). Voyez-vous, il y a plusieurs scènes où le visage/corps de Tamako se voit “briser” et s’illustre au travers d’une transformation de son physique en représentation cubique. Cet effet n’apporte finalement qu’un peu de cachet à l’anime. Mais l’intention est là et ça marche quand même un minimum ! Dommage presque qu’au final Watamote n’ait pas exploité d’avantage le cubisme que ça, car le peu de scènes où c’est utilisé, ça marche plutôt bien.

Venons-en à la soundtrack. Et commençons par l’opening. Si en soit l’opening n’est pas mauvais, je ne peux pas dire qu’il soit génial. Mais son plus gros défaut réside en son ton. Se jouant sur du rock/métal très dur, il annonce comme un ton assez sombre et violent. Alors qu’évidemment dans l’anime il n’en est rien. Après, si on voit ça sous un angle comme quoi ce serait la représentation des pensées de Tamako, et bien c’est donc alors un (autre) aspect qui n’est pas traité dans l’anime. Et même si c’est une retranscription du point de vue de Tamako sur ses actions, et que le choc contre la “caméra” à la fin de l’opening montre qu’au final elle se rate, tout cela ne sauve que peu l’opening. Car en définitive le ton général nous laisse un espoir éternel qu’elle se réveillera de manière hardcore comme on le voit. Mais non…

Une vision particulière de la solitude

Watamote adopte évidemment le thème de la solitude tout au long de son histoire. Ce thème, immanquable vu l’héroïne, est traité de manière assez intéressante. Pour reparler d’Oregairu, puisque c’est un autre anime traitant principalement de la solitude,  dont la vision est assez similaire avec celui de Watamote, mais dont la narration est très différente.

Le discours dans Watamote est dur, très dur. Là où le personnage principal d’Oregairu était dur avec les personnages secondaires, Watamote fait tout le contraire en l’étant avec cette pauvre Tamako. Déjà affublée de tous les défauts cités plus haut, elle ne sera pas aidée par l’histoire de l’anime. Entre tentatives désespérantes pour devenir populaire et des circonstances malheureuses, Tamako n’est pas du tout gâtée. Ainsi, la narration de l’anime sera tout du long dure, très dure. Est-ce fait exprès ? Est-ce une exagération de la part de Watamote ? Oui et non. Oui car les effets de style (cubisme, OST, couleur…) sont évidemment là pour accentuer les choses. Mais au fond, non. Parce que l’anime se veut avant tout réaliste. Et comme on le dit, la réalité est cruelle…

Mais cette vision ne doit pas s’arrêter à la souffrance. Car si Tamako s’en prend autant dans la gueule, c’est pour une bonne raison. Elle essaye de devenir populaire, et c’est quelque chose qui ne peut qu’être salué. Elle tente mais ne réussit pas, tout le problème est ici. Et donc, alors qu’Oregairu préférait montrer un héros asocial de par sa haine des autres, Watamote va plus loin et exploite davantage cette facette en montrant comment une personne non-populaire (la nuance est importante ici entre impopulaire et non-populaire) voudrait le devenir, et pourquoi elle ne le deviendra pas. Ces efforts, qu’elle continue de fournir tout le long de l’anime permettront à la fin de nous montrer une autre facette de ce que l’on voyait jusqu’à maintenant comme une pauvre fille asociale et pitoyable. Une facette bien trouvée puisqu’il s’agit simplement du fait que, par son effort, Tamako en devient adorable. Et permet à l’anime de donner un peu de tendresse sur sa fin…

Mais le plus important dans ce thème c’est la manière dont on peut superposer ces idées par rapport aux tranches de vie classiques. J’avais dit au début de cette critique que Watamote se moquait beaucoup des tranches de vie en les parodiant, mais ce n’est pas simplement une parodie qui nous est livré ici, mais bel et bien une réflexion assez intéressante. Au final, une tranche de vie n’est-il pas par défaut une histoire où le héros connaitra une rencontre miraculeuse lui faisant alors vivre un tas d’aventure ? Rappelons que c’est ce dont rêver Tamako. Et pourtant, malgré tous ses efforts, il n’en sera rien. Ici, Watamote rappelle donc d’un côté que les tranches de vie, genre aussi génial qui soit, ne sont pas ce que nous pourrions appeler comme réalité. Et c’est cette réalité que Watamote s’est chargé de rappeler au travers cruelle de réalisme. Peut-être un peu trop cruelle même…

Un anime finalement peu agréable à regarder

Depuis tout à l’heure je vous parle de critique du genre tranche de vie, avec un ton parodique et surtout un abordage du thème de la solitude assez astucieux, mais tout cela ne doit pas nous faire oublier une chose importante : Watamote reste un anime. Et c’est dans ce rôle d’anime que Watamote pêche le plus.

Tout d’abord parce que peu de choses sont agréables dans l’anime. Le chara-design de l’héroïne est moche, voire écœurant dans l’épisode 1. Alors certes, c’était pour les besoins de l’histoire, mais tout de même. Si les anime “classiques” ne mettent en scène uniquement des personnages avec un minimum de beauté, c’est – vous le savez sans doute – pour que l’on puisse facilement adhérer à son physique et donc au personnage. Dans ce jeu-là, Oregairu joue bien mieux dans le chara-design. Déjà parce que le second personnage principal est beau, mais surtout parce que même si le héros est moche, il n’en a pas pour autant un physique dégoûtant. Et ajoutez après au chara design de Tamako l’OST qui est astucieusement utilisée, oui, mais pour nous mettre mal à l’aise. Et évidemment, ce n’est pas arrangé par l’ambiance générale qui est assez désagréable aussi (surtout que dans des tranche de vie – même si Watamote n’en est pas vraiment un – j’attache beaucoup d’importance à l’ambiance)…

Donc que tirer d’un anime dont rien  ne semble agréable ? Sûrement son histoire ? Et bien non. Tout le long de l’anime le rythme et la narration sont lents, il ne se passe en général rien dans l’histoire et au final on n’avance pas, en témoigne la scène finale calquée sur la scène d’introduction. Et c’est ça le plus chiant dans cet anime. On n’a même plus le plaisir d’avancer dans l’histoire. J’ai perdu histoire dès l’épisode 3. Et je commençais chaque épisode en sachant que peu importe ce qu’elle fera, ça ne pourra que foirer. À cause de ça, l’histoire devient rapidement ennuyeuse et lassante. Il est dur d’accrocher et je n’arrivais jamais à enchaîner deux épisodes à la suite. Malgré tout, oui, cet ennui est voulu pour montrer que Tamako n’a pas de vie. Mais ça reste que c’est chiant à suivre.

Surtout que Watamote raconte une histoire terriblement pathétique. Et ça n’arrange vraiment rien à l’intérêt que l’on pourrait porter à l’histoire. Parce qu’en plus d’être lente et ennuyeuse, elle est tellement pathétique que l’on aura simplement pitié de Tamako. Alors oui c’est aussi voulu, mais ça fait souvent plus de mal que de bien. On ressent plus souvent un petit énervement à voir Tamako essayait des choses que l’on sait d’office qu’elle va foirer, et surtout qu’elle va foirer bêtement. Et ça c’est très lassant au final.

Conclusion

Mais quel bilan faire donc de Watamote ? Parce qu’après ce développement vous pouvez être un peu perdu et c’est normal. Watamote n’est pas un anime simple à caser. Nous ne sommes pas en face d’un anime que l’on peut simplement qualifier de bon ou mauvais, et encore moins de tranche de vie classique.

On peut trouver que j’ai poussé mon raisonnement assez loin, mais c’est surtout que tout au long de l’anime, et surtout à sa fin, je restais dubitatif. Je me disais que cet anime n’était pas très agréable, mais il avait des choses à relever. Je trouvais qu’il aurait été trop simple de dire que c’est un anime lent et ennuyeux sans intérêt. Car c’est ça toute l’âme de Watamote. Raconter une histoire sans intérêt d’une fille asociale et inintéressante. Coller à ce délire est très compliqué, mais quand on y arrive c’est parfait !

En conclusion, Watamote se rate bel et bien en tant qu’anime pur. L’histoire est ennuyeuse, la narration lente, le chara-design moche et le tout fait trop pitié. Mais ce n’est juste parce que l’anime assume à fond ses idées. Voyez tout ce que j’ai pu dire uniquement sur les idées phares. Pour moi, la magie de Watamote se situe là-dedans. Un anime qui se savoure donc pour ses idées, et non pour ce qu’il offre en premier.

Publicités

7 réflexions sur “Critique : Watamote – Un anime (trop) différent

  1. Franchement moi j’adore cette anime, le chara design est pas aussi mauvais que tu le fait paraître et j’adore le personnage de Tomoko, l’anime en elle même n’as peut être pas de but défini avec une fin choisi pour être soit un happy end ou l’inverse mais c’est ce qui me fait l’apprécier parce que il y en as marre des animes toutes pareilles les unes les autres.
    Je me suis enfilé l’anime en 2 jours et franchement pour les gens qui veulent autre chose que les anime habituel toute mignonnette et où au finale la fin reviens toujours au même, je la conseille, certes elle reste plate au niveau de l’histoire, vu qu’on ne voit que elle et sa famille la plupart du temps, mais l’humour est là et je me suis bien fendu la poire devant tellement Tomoko fais des âneries parfois ^^
    Et personnellement je me sens très proche de ce personnage, quelques otaku qui sont comme moi (et elle) ne peuvent que tomber sous le charme de cette anime qui montre toutes les préoccupations d’une ado de son âge, ok en allant très loin mais c’est ce qui fait cette anime.

    J'aime

    • Je comprends ton point de vue, et approuve également les très bonnes idées détaillées dans Watamote. Mais le seul reproche que j’ai à lui faire c’est qu’au final je trouvais le tout trop ennuyeux et le rythme assez lent. Watamote se perd donc dans son propre jeu et en tant qu’anime pur, devient assez mauvais d’un point de vue purement narratif.

      J'aime

    • Moi je dirais même que le personnage de Tomoko est très beau.
      Pourquoi dégoûtant ? Elle est adorable ! Elle ne se met juste pas en valeur mais elle a un style bien à elle, elle devrait juste s’assumer avec cette personnalité étrange et ne pas se renfermer sur elle-même.

      Excellent anime, différent des autres avec un personnage attacheant et loin d’être con par rapport aux filles qu’on voit généralement dans les mangas et les animes…

      J'aime

  2. Excellent manga pour ma part, très original. J’ai bien ressenti l’angoisse et la honte qu’elle éprouvait. Il y a même des moments où j’ai versé des larmes (lorsqu’elle allume les feux d’artifices seule et heureuse ). Ce manga ne m’a pas ennuyé , au contraire il est très prenant et on a pas envie que ça finisse. On veut toujours une fin où Tomoko trouvera une amie et même un petit ami et je pense que c’est clé de ce manga: La fin que les lecteurs et spectateurs attendent!
    Ps: J’ai adoré son petit frère mais j’aurai voulu qu’il s’inquiète un peu plus sur l’état de sa grande sœur.

    J'aime

  3. C’est marrant, j’ai absolument pas vu l’anime de cette façon-là, je l’ai beaucoup apprécié, et pour plusieurs raisons :
    tout d’abord, en ce qui concerne le personnage principale, étant moi-même une associale, timide avec les inconnus, voire trop, et avec des cernes, je m’y suis tout de suite identifiée, et je le confirme : quand on est dans son cas, tout ce qu’elle pense, l’ambiance de l’opening, toutes ses tentatives, tout est extrêmement réaliste : chaque moment est réaliste et est certainement arrivé à la plupart des associales, je le confirme ça aussi. Même en ce qui concerne le gars du 2è épisodes, avec qui la fille se fait énormément de films, et qu’elle ne revoit jamais, ça m’est arrivé plusieurs fois. C’est réaliste.
    ensuite, l’opening reflète parfaitement ce qu’on vit, nous, les associales, et surtout ça représente le fossé entre notre vision du monde (en tant qu’otaku, aussi) et la vision du monde des gens « normaux », de plus les paroles sont géniales, elles décrivent très bien la situation du personnage.
    Le caractère même du personnage est très bien pensé ; elle a un caractère très marqué, et on voit dans ses discussions intérieures qu’elle sait toujours quoi dire et qu’elle pense beaucoup, pourtant elle ne peut pas s’intégrer, tout simplement parce qu’elle est différente. Au début de l’anime, on voit très bien ce qu’elle pense des autres filles populaires, qu’elle ne veut pas leur ressembler, mais elle sait que pour être populaire, la seule solution est de s’adapter et d’imiter : c’est aussi tristement réaliste.
    Cet anime, pour moi,, montre très bien l’esprit des lycées : le seul moyen d’être populaire, finalement, ce n’est même pas de vouloir être sympa ou drôle ou jolie, mais c’est de baigner dedans dès le plus jeune âge : c’est cruel, mais réaliste.
    Quant à la timidité, elle n’est pas forcément causée par un triste passé, ou autre, elle peut juste être là comme ça, sans raison.
    Et l’héroïne s’appelle Tomoko, pas Tamako.

    J'aime

    • Cette critique a plus de deux ans maintenant et franchement, je devrais la refaire. J’ai clairement l’impression de ne pas avoir abordé l’anime avec le bon regard. Alors oui, je m’étais ennuyé devant les déboires de cette pauvre Tomoko mais je n’attendais certainement pas la bonne chose. J’ai surement manqué de second degré aussi, la série se prenant clairement pas au sérieux. Bref, je referai surement un article dessus. Pas forcement pour en dire du bien, mais pour l’aborder avec un regard nouveau et sans doute plus juste qu’à cette époque.

      J'aime

  4. J’ai pris mon temps en lisant cet article et je peux en déduire une chose capitale: personne n’aura le même avis.

    Pour mon avis personnel, le personnage de Tomoko est juste parfait dans un but de l’anime de faire prendre conscience que des gens comme elle existent. Je me suis immédiatement identifié au personnage et à part une différence purement physique je suis presque identique à elle, et je pense que ça fait voir l’anime sous un angle absolument nouveau. Comme cet article le mentionne assez particulièrement, c’est en effet un personnage pathétique(tellement que j’aimerais qu’elle existe, mais là chacun son délire hein), non pas de par son physique qui n’est pas à plaindre au passage, moi je la trouve mignonne avec ses cheveux un peu bizarres; mais par ses pensées qu’on suit tout au long de l’anime: on s’aperçoit alors qu’elle a un caractère très particulier: elle a des rêves qu’elle suit avec détermination, c’est une otaku bien confirmée, elle a une relation singulière avec son frère, et elle est un peu folle, sans oublier la notion de la sexualité qui est abordée d’une manière très originale en entrant directement dans les fantasmes de Tomoko et je pense qu’un point dessus dans cet article n’aurait pas été de trop. Concernant la rencontre avec un(e) meilleur(e) ami(e) comme la plupart des tranche-de-vie, elle s’effectue dans le passé quand Tomoko rencontre Yuu et garde contact avec elle qui, finalement reste sa seule amie. Pour en venir à la fin, on observe une évolution de Tomoko quand elle se rapproche d’Imae pour se sociabiliser.
    Si il y’a un point que j’approuve entièrement dans cet article est celui du rythme de la narration. L’histoire est en effet assez lente et prévisible et il ne faut pas compter dessus pour apprécier WataMote, je pense qu’il faut plutôt étudier le personnage en profondeur et le comprendre afin de pouvoir suivre cet anime. Un dernier point concernant « l’agréabilité » à regarder l’anime: elle dépend de notre propre réception à l’humour assez cynique et tragique qui s’abat sur Tomoko tout en faisant rire, qui invite à continuer de regarder(Je crois que je me suis tapé une barre d’au moins une heure non-stop et je continue d’en rire actuellement, je parle évidement de l’épisode où Tomoko tente de se lancer dans la vidéo et se voit elle même sous un angle tout à fait destructeur de visage à travers sa webcam, où on la voit avec les yeux excentrés, je mettrai un lien vers la photo si vous ne voyez pas de quoi je parle)

    Pour conclure ce qui ressemble maintenant à un pavé, je conteste très fortement la critique du personnage qui à mes yeux est parfait pour l’ambiance générale de l’anime, même si celui-ci est très peu rythmé et assez court (12 épisodes d’environ 24min dont on peut enlever 6 min entre l’opening, les sponsors, l’ending et le résumé suivant). J’ai torché cet anime en 24h et maintenant je le regrette car j’aurais du en profiter plus.

    Je reste au courant pour le « remake » de cette critique annoncée dans un commentaire.

    Photo webcam:https://bravenewmoe.files.wordpress.com/2013/09/watamote20-200720-20large2014.jpg

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s