Méditation #3 – Vivre son désespoir

Je connais deux genres de peur. Les peurs réalistes et les peurs existentielles. Les premières sont surmontables car physiques et réelles, comme l’arachnophobie. Les secondes par contre sont beaucoup plus dangereuses car ancrées en nous-même comme notre âme. Et dans celles-ci, je connaissais jusqu’à maintenant la mort, peur qui se doit d’être ignorée au plus vite pour vivre sereinement.

Mais j’en ai découvert une autre cette année, ou du moins elle s’est faite bien plus présente, bien plus agressive.

Cette peur, c’est celle du désespoir. Cet horrible mal mériterait largement d’avoir sa propre représentation démoniaque, au moins tout autant que la justice possède son archange.

Le désespoir, c’est le pire maux au monde. La pire des maladies, puisqu’elle ne peut être ressentie avant qu’elle ne fasse ses dégâts. On ne sait jamais quand on va rentrer en elle, et quand on s’en aperçoit il est généralement trop tard. Si je devais décrire le désespoir, je dirais que c’est votre âme qui prend feu et devient un énorme brasier grandissant dans une forêt couverte d’huile. Cette huile qui se rajoute à l’essence produite par notre vie, inondant la forêt avec un cocktail plus ravageur que tout alcool. Et comme il n’y a pas de feu sans fumée, celle-ci est obscure comme une éternelle nuit sans étoile, pénétrant notre esprit pour l’empoisonner, prenant contrôle de nous-même. Énervant, irritant, impulsif, benêt, voilà ce à quoi ressemble un homme en désespoir. Un zombie au service de la dépression, emprisonné dans l’obscurité qu’est devenue son âme. Et le premier effet du désespoir, il est assez important pour être noté, est de nous supprimer toute vision d’un quelconque espoir, nous vidant alors de toute énergie, puis de notre envie, de notre plaisir et pour finir, du goût de la vie. Et c’est là qu’est l’horreur du désespoir, consumant chaque jour des petites parties de nous-même. Jusque’à nous vider totalement.

C’est ça le désespoir.

S’il est dur de sortir du désespoir, c’en est pas moins impossible. Le moyen le plus efficace est sans doute de se reconstruire un espoir. Le moins le plus efficace pour s’en sortir est la reconstruction d’un espoir. On perd espoir ? Alors retrouvons-le ! Nous allons nous en forger un tout neuf! Et une fois ce cycle d’espoir nouveau engagé, il est plus dur de retomber que de s’envoler. Et c’est pour le mieux…Mais c’est malheureusement la plus dure des méthodes.

Pour la réaliser, il faut trouver l’énergie nécessaire à créer ce nouvel espoir. Énergie vidée rappelez-vous par le désespoir. Alors où la trouver ? Des petites actions suffiront. Ranger simplement sa chambre par exemple. Déplacer son lit, changer quelques habitudes mineures. On rentre dans le désespoir car on n’en peut plus de notre vie, alors changer notre vie nous change très logiquement du désespoir. Si beaucoup disent que le changement n’est pas nécessairement bon, je leur réponds alors que l’inverse est tout autant possible.

Mais des fois, l’énergie ne vient pas et nous pouvons alors penser qu’il sera impossible de s’en sortir. Non. C’est ce qui m’est arrivé mais je m’en suis finalement sorti. Comment ? Ce n’est finalement pas si compliqué que ça. Je n’ai pas oublié qui j’étais.

En fait, le véritable désespoir serait d’admettre que le sort même est contre nous. Hors ça je n’y crois. Je refuse catégoriquement de croire qu’une autre personne ou entité puisse contrôler notre vie, nous transformant en simple marionnette. Il n’y a que moi, et moi seul qui construit ma vie. Donc oui, même dans ce qu’il peut nous sembler être le désespoir le plus profond réside un espoir. Cet espoir ineffaçable, c’est de vivre sa vie comme elle doit être vécue par nous-même, en se libérant de toutes contraintes, en ne se mentant pas à soi-même. Tout ce qui constitue un être voulant vivre sa vie est l’antithèse même du désespoir. Le réduisant alors à néant, ou simplement aux larmes que le coeur peut couler de temps à autre…

Ainsi, le désespoir n’est, comme tout les maux humains, qu’un apprentissage de notre vie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s